Suite aux problèmes environnementaux et à la condition animale observée au sein des élevages intensifs, de plus en plus de Français se tournent vers de nouvelles habitudes alimentaires et optent pour le flexitarisme. Le flexitarien ou végétarien “flexible” va consommer principalement des fruits et légumes, des fruits à coques et des graines, des œufs ainsi que des produits laitiers. Occasionnellement, il consomme de la viande ou du poisson en prêtant attention à la qualité de ces derniers. Il est en général plus attentif à la provenance des produits en favorisant des produits de saison, locaux et labellisés (Bio, Label rouge, MSC…). D’autre part, le flexitarien favorise également la cuisine maison à base de produits bruts et non transformés limitant ainsi la part de sucre, sel et acides gras saturés ajoutés par les industriels.

Les avantages du flexitarisme en matière de santé humaine sont nombreux : produits plus riches en goût et plus appétissants, moins d’additifs alimentaires, de sucre, de sel et d’acides gras saturés mais aussi plus de sécurité alimentaire en prêtant attention à la provenance des produits. Du point de vue économique, la fondation WWF nous prouve par sa comparaison de deux paniers de course qu’il n’est pas plus cher de devenir flexitarien. Les produits bruts coûtent bien moins chers que les produits transformés, ce qui nous laisse l’opportunité d’acheter un peu de viande ou de poisson labellisé et de meilleure qualité.

Le but est donc de privilégier les circuits courts ainsi que la qualité à la quantité. Pour vous aider à consommer local, n’hésitez pas à consulter le livret “De la terre à la table” vous proposant l’ensemble des producteurs locaux de la Communauté d’Agglomération du Douaisis :

Livret “De la terre à la table”